Aeronet
 
 FAQFAQ   Liste des MembresListe des Membres   ConnexionConnexion   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   RechercherRechercher   Vérifier ses messages privésVérifier ses messages privés  


Pilotage et Angoisse

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Aeronet -> Forum -> Pilote privé
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur
Message
Drakeok
Elève-pilote posteur
Elève-pilote posteur



Inscrit le: 13 Juin 2018
Messages: 3
Age: 22 ans

MessagePosté: Mer 13 Juin 2018 14:17    Sujet du message: Pilotage et Angoisse Répondre en citant

Bonjour tout le monde

Rêvant de voler et ayant eu comme projet de commencer une formation de pilote depuis peu, j'ai décidé d'effectuer un vol d'initiation auprès de l'aéroclub le plus proche de chez moi (Montpellier). Et j'ai fait ce vol hier. après-midi.
J'étais aux commandes d'un Evektor Sportstar : léger, petit, glasscockpit, manche à balai très sensible. Pas de chance pour moi, le vent s'était à mon arrivée. Un vol en Cessna prévu plus tard a été repoussé à plusieurs jours, mais le personnel m'indique que l'avion sur lequel j'allais voler serait stable et plus résistant à de telles conditions météo. Mais près de l'aérodrome, il y a un grand bâtiment qui a posé problème (Parc des Expositions). Dès le décollage, nous avons subi quelques turbulences qui ont bien secoué l'appareil. Je sentais bien que mes organes faisaient de la voltige à l'intérieur de moi. Ca s'est bien sûr calmé relativement vite, mais pour un premier décollage sur avion biplace... ça n'a pas aidé à la suite.

La suite, c'est que je me suis très vite rendu compte que les commandes étaient très sensibles à ce que je faisais. A peine je caressais le manche que je partais sur un virage ou que l'avion faisait coucou de la tête. Moi de base, j'ai une assez mauvaise motricité fine: j'écris mal, c'est pire quand j'écris vite évidemment, je suis nul pour lancer/rattraper des trucs et j'ai toujours eu du mal à ressentir ma force, càd je bouscule violemment quelqu'un lorsque j'essaie de faire une tape dans le dos amicale (pourtant je ne suis nullement musclé, je n'ai d'ailleurs que très peu de force dans les bras, c'est dire...). De ce fait, un simple mouvement dans le ciel faisait tortiller l'avion, l'instructeur me demandant à chaque instant d'être plus tranquille au volant.
Pendant le vol, le fait de mesurer et contrôler ma force était un effort. Ce fut donc assez éprouvant de tenir le manche pendant cette petite demi-heure de vol. C'était passé relativement vite malgré mon angoisse.

Au passage, je tiens à préciser que je n'ai pas passé mon permis de conduire (donc c'est hier que j'ai découvert la problématique de manœuvrer un véhicule) et je suis déjà monté à plusieurs reprises dans un avion de ligne, de mon enfance à l'an dernier, ce qui fait que je n'ai quasiment pas peur de prendre l'avion. Peut-être un peu lors du décollage d'un tel engin avec une belle diagonale, mais les atterrissages sont plutôt sereins (y compris lors du vol d'initiation). Malgré ça, le vol en lui-même était beau (si on ne compte pas le transport public, ce fut aussi mon baptême de l'air) et j'ai apprécié les rares moments de calme et de découverte de paysages familiers vus du ciel.

Ainsi, avant de m'inscrire à l'aéroclub et débuter ma formation, je me suis dit qu'il valait mieux aller voir un médecin aéronautique pour voir si je suis apte à voler avant de commencer à financer la formation pour rien.

Je ne suis pas venu ici uniquement pour partager cet événement, j'ai surtout quelques questions :
Ça vous est déjà arrivé ? Est-ce possible d'apprendre à gérer ça ? De s'habituer aux sensations de vol via un simulateur ? Le médecin aéronautique fera-t-il un check sur la motricité fine et, si oui, cela sera-t-il pénalisant ? Pourra-t-il m'aider ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
teubreu
Chef de secteur posteur
Chef de secteur posteur



Inscrit le: 03 Mar 2014
Messages: 608

MessagePosté: Mer 13 Juin 2018 14:35    Sujet du message: Répondre en citant

Il faut être le plus souple possible aux commandes, sinon quand tu emmèneras des passagers ils seront tous malades, même ceux qui ne le seraient pas normalement !
Plus sérieusement, quel niveau vises-tu ? Au-delà du PPL, être brutal aux commandes est inimaginable et t'empêchera de passer les différents paliers donc autant prendre les bonnes habitudes dès le début.
Le simulateur ne te donnera pas de sensations de vol, pour du vol à vue l'intérêt est à mon avis assez limité.
Non le médecin ne fera pas de check de motricité poussé. Encore une fois, précise-nous tes objectifs, si tu fais ça pour du loisir tu peux envisager l'ULM également, la règlementation est beaucoup moins contraignante et pas de visite médicale, au prix d'une limitation à 2 occupants maximum dans l'appareil. En simplifiant
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
p2002
Chef pilote posteur
Chef pilote posteur



Inscrit le: 23 Jan 2018
Messages: 509

MessagePosté: Mer 13 Juin 2018 14:41    Sujet du message: Répondre en citant

Moi aussi il y avait du vent pour mon premier vol et j'ai flippé ma race.
Je me suis demandé si finalement je ne ferais pas mieux de tout stopper.
Et puis chaque vol qui passe tu maîtrise un peu mieux la machine et l’environnement, c'est comme tout dans la vie, surprenant la première fois, habituel la 10éme fois.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Drakeok
Elève-pilote posteur
Elève-pilote posteur



Inscrit le: 13 Juin 2018
Messages: 3
Age: 22 ans

MessagePosté: Mer 13 Juin 2018 15:08    Sujet du message: Répondre en citant

Dans le meilleur des cas j'aimerais passer le PPL, histoire d'emmener des passagers avec moi. Mais je n'ai pas du tout l'intention d'aller au-delà, encore moins de piloter un avion de ligne !
Dans le pire des cas, au moins le brevet de base...
Je m'étais renseigné sur le LAPL aussi, mais apparemment pour une quinzaine d'heures en moins et plus de restrictions il faut rajouter une dizaine d'heures pour avoir des passagers, ce qui ne semble pas valoir le coup si j'ai envie de faire monter mon entourage avec moi.
Le problème ne vient pas uniquement de la réglementation, c'est surtout que piloter l'avion a été très angoissant. Peut-être que c'est normal pour une première fois, mais le fait d'être involontairement "brutal" m'a stressé encore plus. Je suppose que le décollage tumultueux et la chaleur n'ont pas aidé à l'adaptation...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
teubreu
Chef de secteur posteur
Chef de secteur posteur



Inscrit le: 03 Mar 2014
Messages: 608

MessagePosté: Mer 13 Juin 2018 15:15    Sujet du message: Répondre en citant

Dans ce cas pourquoi fermes-tu la porte à l'ULM ? Le brevet est un peu moins cher mais c'est surtout à long terme que ça sera beaucoup moins cher à entretenir. L'inconvénient étant que tu ne peux prendre qu'un passager à la fois.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Cantos
Copilote posteur
Copilote posteur



Inscrit le: 15 Fév 2018
Messages: 100
Age: 23 ans

MessagePosté: Mer 13 Juin 2018 15:15    Sujet du message: Répondre en citant

Etant quelqu'un d'assez rationnel, je combats mes angoisses en leur répondant par une explication rationnelle. Ça peut éventuellement t'aider.
Dans mes débuts PPL, une fois que j'avais compris les quelques notions théoriques indispensables au vol (masse d'air, portance, incidence), l'angoisse des phénomènes brutaux (turbulences) disparut petit à petit pour laisser la place à un pilotage "aux fesses".
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
TheEwook
Elève-pilote posteur
Elève-pilote posteur



Inscrit le: 25 Mai 2017
Messages: 28

MessagePosté: Mer 13 Juin 2018 15:21    Sujet du message: Répondre en citant

Pareil que Cantos. Me destinant à une carriere de pilot de ligne. Je dois avouer que j'ai toujours eu un peu d'aprehension quand je prenais l'avion.

Me voila pratiquement terminé avec mon ATPL et une centaines d'heure de vol à mon compteur. Miantenant je n'ai plus peur de rien car je connais la therorie derriere et surtout je suis capable de comprendre ce qu'il se passe. Eventuellement les anticiper et parfois les eviter ou les mitiger.

Je pense en effet un peu de theorie et quelques heures de vol, t'aiderons à surpasser tout cela.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Kaillou
Copilote posteur
Copilote posteur



Inscrit le: 22 Oct 2007
Messages: 147

MessagePosté: Mer 13 Juin 2018 15:57    Sujet du message: Répondre en citant

T’inquiètes, quand tu auras pris plus d'expérience pratique et théorique, les angoisses disparaîtront. Piloter un avion c'est pas naturel, tu te retrouves dans un environnement agressif (bruit du moteur, nombreuses informations à gérer en même temps, traffic radio, avion qui bouge à cause des turbulences etc ...) qu'il faut maîtriser et au début t'es souvent submergé et tu sais pas vraiment ce qu'il t'arrive ... mais ça passe, tu apprends a gérer les choses petit à petit et tu finis par prendre ton pieds comme les autres

Pour ce qui est de la motricité, ça viendra aussi, pas besoin d'avoir une dextérité de chirurgien non plus ! Et puis effectivement l'avion est sensible quand tu as de la vitesse, mais quand tu en a moins lors d'une approche et d'un attéro, les commandes deviennent beaucoup plus molles et tu verras qu'il faut être beaucoup moins tranquille avec les commandes pour maintenir son avion dans l'axe
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
4T60A
Chef pilote posteur
Chef pilote posteur



Inscrit le: 03 Avr 2016
Messages: 467
Age: 54 ans

MessagePosté: Mer 13 Juin 2018 19:51    Sujet du message: Répondre en citant

Euh, Drakeok, on ne te demande pas de savoir piloter comme Bob Hoover lors de ton 1er vol... Tu parles de ta motricité fine en te basant sur ton écriture ? Si tu voyais la mienne.. Et pourtant, en 36 ans et 18000 h de vol (Bon, il est vrai, sur ce nombre il y en a beaucoup qui ont été déléguées à Georges, le pilote automatique.. ) je n’ai encore cassé aucune des machines que j’ai pu avoir entre les mains...

Un bon conseil, si tu veux vérifier si le ‘vrai’ pilotage est fait pour toi ou non : initie toi au planeur. En plus, outre le fait d’exiger de toi un pilotage timonier supérieur, c’est vraiment sympa, notamment sur le plan humain...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
SamH
Elève-pilote posteur
Elève-pilote posteur



Inscrit le: 26 Avr 2017
Messages: 16
Age: 20 ans

MessagePosté: Mer 13 Juin 2018 20:27    Sujet du message: Répondre en citant

Peut-être pourrais-tu faire quelques "exercices" pour travailler ce coté "brusque". Avec un true balance par exemple ou quelque chose comme ça, tu pourrais prendre l'habitude d'être plus précis dans tes mouvements et puis autre chose ; aie confiance en toi
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Drakeok
Elève-pilote posteur
Elève-pilote posteur



Inscrit le: 13 Juin 2018
Messages: 3
Age: 22 ans

MessagePosté: Mer 13 Juin 2018 20:46    Sujet du message: Répondre en citant

Alors.

@teubreu, à vrai dire je n'avais pas vraiment envisagé l'ULM

@Cantos et TheEwook, je suis aussi rationnel. Je n'ai aucun problème avec le fait qu'un avion puisse voler, que l'avion est peu risqué, que les turbulences ne causent pas d'accidents, je me suis déjà renseigné sur la portance et d'habitude je suis celui qui rassure ceux qui ont peur de prendre l'avion
J'ai rationalisé et relativisé du mieux que je pouvais en vol, mais ça n'a pas eu beaucoup d'effet. L'angoisse était directement liée au feeling, mes mains tremblaient donc le manche aussi donc l'avion aussi donc ça bouge trop pour rien donc je me fais moi-même peur donc je contrôle difficilement le manche donc... cycle infernal.
Mais je me doute bien que ça passe avec l'habitude d'être en vol, cette partie-là.

@Kaillou, je me doute bien que la dextérité d'un chirurgien n'est pas demandée, étant donné que mes mains tremblent dès que j'essaie de faire un truc précis avec mes doigts...

@4T60A, ... voilà le problème de ma motricité fine. Quand j'étais petit, j'ai surtout été "diagnostiqué" à cause de mon écriture, mais le fait est que ça va un peu au-delà de ça. Je n'ai pas trop compris le passage avec le planeur...

@SamH, merci pour le conseil, je vais tenter ça

En fait j'ai l'impression qu'avec un avion très maniable je pourrais involontairement faire des loopings juste en tirant à peine sur le manche (j'exagère beaucoup). Un avion moins maniable pourrait compenser ma "brutalité" ? Ou alors l'espace très confiné du Sportstar n'aide pas... Plus sérieusement, je ne sais pas si avec un ULM ça pourra y changer quelque chose. Il faudrait que je teste, le vol d'initiation ULM a l'air d'être moins cher qu'en avion normal.
Je ne parle même pas du déplacement au sol avec les palonniers, où j'arrêtais pas de faire de grands zigzags indécents sur la piste, mais ça je suppose (enfin j'espère) que ça arrive régulièrement au premier vol x)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
JAimeLesAvions
Chef de secteur posteur
Chef de secteur posteur



Inscrit le: 02 Mar 2008
Messages: 5401

MessagePosté: Mer 13 Juin 2018 21:10    Sujet du message: Répondre en citant

Il ne faut surtout pas croire que la motricité et l'adresse sont innées, ou en tous cas qu'il faut être adroit et avoir une bonne coordination avant d'apprendre à piloter.
Il faut surtout de la méthode et un bon instructeur qui soit capable de faire progresser son élève.
J'écris mal, je n'ai jamais réussi à jouer au football, et j'ai eu tous mes examens pratiques aéro du premier coup. Et chaque fois qu'un élève a une difficulté, je décortique le problème pour trouver la solution.
En cas de soucis dans ta formation, il faut changer d'instructeur, quelle que soit l'activité.

Je conseille fortement, surtout dans ta région et en cette saison, le planeur. C'est le vol de loisir par excellence. C'est beaucoup moins cher que l'avion. La différence fondamentale avec l'avion est que c'est une activité collective: on ne peut pas faire du planeur tout seul, avec les avantages et les inconvénients que ça peut avoir. S'il règne une bonne ambiance de camaraderie dans le club, ce ne sont que des bons moments, sinon ça peut conduire à préférer l'avion ou l'ULM.

Les clubs planeur proposent des forfaits découverte de quelques jours pour des sommes très raisonnables, du style 600 euros 6 jours, avec plusieurs vols par jour. Découvrir qu'on peut rester en l'air toute la journée sans moteur, ça c'est extraordinaire.

Le planeur demande une précision ou une finesse de pilotage supérieure à celle demandée en avion. Plus exactement si tu n'es ps précis, tu ne réussiras pas à monter dans une ascendance là où ton instructeur, lui, montera. Rien d'insurmontable, juste de la méthode qu'un bon instructeur sait transmettre. Je pense que c'est ce que 4T60A voulait dire.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
4T60A
Chef pilote posteur
Chef pilote posteur



Inscrit le: 03 Avr 2016
Messages: 467
Age: 54 ans

MessagePosté: Mer 13 Juin 2018 21:28    Sujet du message: Répondre en citant

Drakeok a écrit:
Je n'ai pas trop compris le passage avec le planeur...


Il n’y a rien de spécial à comprendre. Ce que j’avais essayé de préciser plus haut, est que le planeur est à mon avis la meilleure école pour acquérir un pilotage ‘fin’. C’est un pilotage précis dans la tenue des paramètres, et intuitif sur la perception de l’environnement aérologique. Et sans moteur, ça ne peut qu’inciter à être le plus efficace possible, et donc à rechercher le pilotage qui sera le plus souple possible afin de conserver le maximum d’énergie. Penser qu’un gars comme Neil Armstrong avait pratiqué le vol à voile depuis son plus jeune âge jusqu’à ses 75 ans aide à comprendre le coup de patte exceptionnel que le bonhomme a démontré tout au long de sa carrière.

Et en plus, comme nous le disions ci-dessus JLA (qu’il me pardonne de réduire son pseudo à un acronyme ) et moi-même, c’est très sympa sur le plan humain, c’est une activité qui ne peut se pratiquer qu’en groupe, tant les planeurs, bien évidemment incapables de la moindre autonomie au sol, nécessitent une main d’oeuvre importante pour être mis en œuvre.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
4T60A
Chef pilote posteur
Chef pilote posteur



Inscrit le: 03 Avr 2016
Messages: 467
Age: 54 ans

MessagePosté: Mer 13 Juin 2018 21:33    Sujet du message: Répondre en citant

Ah, JAimeLesAvions (ce coup ci je l’écris en entier, je ne vais pas te faire le coup deux fois ), nos messages se sont chevauchés, on dirait. Oui, nous sommes d’accord, nous avons écrit à peu près la même chose toi et moi...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Aeronet -> Forum -> Pilote privé Toutes les heures sont au format GMT +1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group