Conseils pour ceux qui souhaitent devenir pilote pro

Forum des "débutants": Quelle orientation choisir? Quelles filières? Questions générales, ...

Modérateur : Big Brother

Avatar du membre
Auteur du sujet
cap231
Copilote posteur
Messages : 77
Enregistré le : 09 oct. 2007, 19:35
Âge : 41

Conseils pour ceux qui souhaitent devenir pilote pro

Message par cap231 »

C’est étonnant mais depuis que l’aviation commerciale est entrée dans le plus grand marasme de son histoire, j’ai de nombreuses demandes d’infos de jeunes aspirants pilotes sur leur orientation professionnelle. Et je suis terriblement embêté pour leur répondre sincèrement... Malgré tout, je souhaitais partager quelques pistes ici, qui sont juste le reflet de mon expérience et de mon opinion personnelle.

Pour réussir à être pilote, il faut un mix 3 choses:

- Des compétences de base (être équilibré, sympa, avoir du courage, de l’abnégation, de la maturité...)
- De l’argent (et la bonne gestion qui va avec)
- Des petits plus (de la chance, du réseau, un joli sourire, un QI de 170 pour les tests psy, être une fille, de l’aide familiale, pas d’enfants, une ténacité hors du commun et surtout de la chance...)

A savoir que les proportions du mix peuvent varier: les compétences de bases peuvent être remplacées par de l’argent (pay to fly), l’argent peut être remplacé par les petits plus (réussite aux cadets AF) et les compétences de bases peuvent aussi être remplacées par les petits plus (on a tous volé avec un mec dont on a aucune idée de comment il est arrivé là)

Parmi les compétences de base, il y a la faculté à avoir une bonne conscience de la situation. Ce qui n’est pas évident lorsque l’on regarde les médias ou que l’on suis les comptes Instagram/Facebook/Linkedin des pilotes influenceurs et des FTO. Pour calquer la méthode du TEM, voici une petite liste des  « menaces » ou des « risques » qu’un aspirant pilote pourra avoir à faire face prochainement:

Les menaces:

- Des publicités alléchantes des FTO qui chercheront à sauver leur peau à tout prix.
- Moins de partenariats FTO/Compagnies et/ou des hold pools qui grossissent (même si ils font miroiter ces partenariats, rester en hold pool pendant 5 ans n’est pas idéal quand faut rembourser le prêt)
- Le risque de banqueroute des FTO: Risque à ne surtout pas négliger! Comme les Airlines, certaines FTO vont sombrer avec cette crise. Il sera difficile de le prédire. Donc il faut éviter à tout prix de faire un chèque de 80k€, même si le contrat suggère un remboursement en cas de problème.
- Des QT plus chères (moins de bond, plus de prise en charge perso)
- Le retour du pay to fly et une distorsion des chances à l’emploi. Même si vous en avez les moyens, je le déconseille sous peine d’avoir à vivre avec ça toute votre vie (c’est très mal vu dans la communauté pilote…). Mieux vaut attendre sa chance ou la provoquer, c’est plus fair play.
- Une concurrence accrue entre les postulants (principalement entre low timer qui ont des CV quasi identiques)
- « Choisir » le bon timing: historiquement les employeurs préfèrent embaucher quelqu’un tout frais sorti d’école plutôt que quelqu’un qui a terminé sa formation 5 ans auparavant. Ces derniers temps ils privilégiaient des gens sortis formation intégrée, mais la situation rend cette option très risquée à prendre. J’y reviendrai plus loin.
- Un blocage complet des recrutements (low timer) pendant 2 à 4 ans suivi d’une reprise qui paraitra lente car il y aura un excès de low timer sur le marché.
- Brexit et sortie de l’EASA -> moins d’emploi aux UK pour les européens. C’est difficile à chiffrer à cause de l’incertitude mais une chose est sûre, ça ne va pas dans le bon sens.
- Le lobby écologique est de plus en plus influent et pèsera sur la demande tôt ou tard.
- Certaines compagnies vont en profiter pour se restructurer et rendre plus productifs leurs pilotes (besoin de moins de pilotes pour un même nombre de vols)
- Des T&C dégradées: il faudra bien gérer le business plan. Prévoir qu’après une formation à 80k€ il faudra peut-être remettre 10k€ dans un FI, 30k€ dans une QT + des dépenses annexes (déplacements, logement, déménagement, commutions….) tout ça avec un salaire à 2500€/mois. C’est un exemple mais assez réaliste.
- Une précarisation de l’emploi. Beaucoup de contrats de pilotes hors major (et hors de France) n’ont pas de mutuelle, pas de retraite, pas de chômage. Les contrats à l’heure de vol vont progresser: un volcan qui tousse? Un crash inattendu? un événement climatique?Une attaque terroriste? Pas de vol = pas de salaire.
- Une saturation de l’emploi en aviation générale: d’une part les pro en inactivité reviendront faire de l’instruction générale, d’autre part les jeunes CPL/IR sur le carreau passeront une formation FI pour patienter.
- Les coûts de prorogation des licences lors de l’attente. Renseignez-vous sur les coûts de prorogation IR-ME.
- La force de rester « dans le coup » après plusieurs années en recherche d’emploi. Garder une activité aéro est important tout comme le moral et de l’argent pour vivre!
- La plupart des pilotes qui n’ont pas réussi ces dernières années ne s’en vantent pas (en général ils ont même tiré un trait sur l’aviation). Le risque est de n’avoir que des avis de ceux qui ont réussi, ce qui peut déformer la réalité.
- Allez jeter un oeil sur le groupe FB « European Airlines Pilots », pas mal d’histoires réelles et assez édifiantes sur la situation COVID19.


Les opportunités:

- Les avions coûtent chers s’ils restent au sol. Avec un pétrole pas cher, les compagnies vont préférer les faire voler quitte à casser les coûts et rogner sur les T&C (et même parfois les profits)
- L'aviation d'affaire et le cargo semblent moins touchés. C'est toujours autant de pilotes qui garderont leur emploi et ne seront pas à recaser!
- Je m’attends à ce que des lobbies de l’aérien deviennent plus puissants pour redonner ses lettres de noblesse à l’aviation attaquée injustement. Une autre façon de voir les choses, si les lobbies du train sont si agressifs envers l’aérien, c’est que la demande n’y est pas contrairement à l’aérien qui bénéficie d’une demande solide.
- Quelques pilotes vont partir en retraite anticipée, diminuant le nombre total de pilotes. Ça reste cependant modeste, beaucoup de compagnies vont avoir recours au temps partiel, gonflant artificiellement les effectifs.
- Certaines niches auront toujours une place pour des low timer (Bush Pilot en Indonésie payé au lance-pierre, cf. "business plan" plus haut...)
- L’Asie a structurellement besoin d’augmenter son trafic aérien dans les années à venir.
- Pour un vrai passionné, il n’y a pas plus beau métier.

Normalement le paragraphe « menaces » devrait se réduire à mesure que la crise se dissipera :pekin:

Comme vous pouvez le voir le chemin vers le métier de pilote est semé d’embûches, particulièrement en ces temps de crise. Je pense qu’il est important d’en avoir conscience et de l’impact que ça peut avoir sur votre vie. Malgré tout, si vous sentez que vous avez les atouts (le bon mix) et la volonté, voici quelques conseils perso:

- On ne le dira jamais assez, mais privilégiez les filières gratuites que l’on a en France (EPL, cadets si ça existe encore, armée) . Ce sont des opportunités en or.
- A moins d’avoir un plan béton, je ne me lancerais pas dans une formation intégrée maintenant. La somme d’argent en jeu est trop importante et le risque d’en perdre une partie est bien réel. De plus vous risquez de vous retrouver sans perspective en fin de formation avec un prêt important à rembourser. Il serait bon d’avoir un peu plus de visibilité sur l’état de l’économie avant de se lancer dans ce type de formation.
- Sachez attendre, profitez-en pour travailler sur un plan B. Ça vous permettra de patienter que les embauches reviennent à un rythme normal, de sécuriser une rentrée financière une fois sur le marché du travail, et d’avoir un profil plus complet (un profil BAC+4/5 peut rassurer un recruteur par ex.). Vous pourrez également profiter de ce temps supplémentaire pour travaillez l’ATPL théo afin de le réussir du 1er coup (c’est un critère de recrutement de certaines compagnies), d’améliorer votre anglais et vos soft skills (important!).
- Je resterais sur la voix modulaire avec passage du PPL, de l’ATPL théo et mûrissement « intelligent » (en profiter pour faire des nav sympa, emmener des pros qui seront ravi de vous donner des leçons gratos, faire qq heures de voltige, passer une qualification montagne….). Ça vous permettra de travailler sur votre plan B en parallèle, et de ne pas prendre trop de risques financiers. Quand viendront les jours meilleurs, un CPL/IRME/MCC ne demanderont que quelques mois avant d’être prêt à postuler. Et vous serez frais pour des sélecs.
- Fermez votre compte Instagram…. (En généralisant, si vous souhaitez faire pilote pour les galons, l’argent et la reconnaissance, ce n’est pas le meilleur plan. Un développeur d’applis vegan qui a monté sa startup de co-bicyclage en tandem aura beaucoup plus de like dans la nouvelle époque)

J’espère ne pas avoir miné le moral de ceux qui ont réussi à lire jusque là…. Tous ces conseils sont personnels et dépendent évidemment de votre situation, le but est simplement d’apporter un peu de matière à votre réflexion. Il me semble avoir décrit la situation de façon honnête et réaliste, cependant on a tous des biais donc si d’autres pilotes pro ont des avis différents ou des choses à compléter, qu’ils n’hésitent pas.

Avatar du membre
Mansamoth
Copilote posteur
Messages : 57
Enregistré le : 21 nov. 2019, 22:40
Âge : 32

Re: Conseils pour ceux qui souhaitent devenir pilote pro

Message par Mansamoth »

Hello cap321,

Merci beaucoup pour ton post qui est très lucide et très complet, et d'une grande sagesse :pekin:

Personnellement, après avoir lu tes conseils, cela m'a ouvert les yeux, et je pense complètement abandonner la carrière de pilote, tout simplement parce que je ne possède pas un critère déterminant qui est d'être une fille (avec un joli sourire) :myope:

Je retenterai bien dans une prochaine vie, avec un peu de chance ;D

Thomas, qui espère être Lisa dans une nouvelle itération

Avatar du membre
Auteur du sujet
cap231
Copilote posteur
Messages : 77
Enregistré le : 09 oct. 2007, 19:35
Âge : 41

Re: Conseils pour ceux qui souhaitent devenir pilote pro

Message par cap231 »

Mansamoth a écrit :
29 juin 2020, 08:46
Personnellement, après avoir lu tes conseils, cela m'a ouvert les yeux, et je pense complètement abandonner la carrière de pilote, tout simplement parce que je ne possède pas un critère déterminant qui est d'être une fille (avec un joli sourire) :myope:

Je retenterai bien dans une prochaine vie, avec un peu de chance ;D

Thomas, qui espère être Lisa dans une nouvelle itération
Oui alors c’est juste un petit plus, pas un critère déterminant. C’est une remarque partagée avec certain(e)s collègues qu’il y a une légère discrimination positive en faveur des filles ces dernières années (pour l’Europe occidentale en tous cas). Ça n’a pas toujours été comme ça et les filles auront beaucoup moins de chance en Asie par exemple.
Un dernier conseil que je ne pensais pas donner mais qui apparement s’avère nécessaire: Même si c’est remboursé par la SECU, ne vous lancez pas dans une transition hormonale pour réussir une sélection…

Avatar du membre
piperJ3c
Captain posteur
Messages : 163
Enregistré le : 05 févr. 2017, 08:00

Re: Conseils pour ceux qui souhaitent devenir pilote pro

Message par piperJ3c »

Oulala. Angèle va faire une chanson sur toi si ça continue :lol:

Avatar du membre
fouga
Chef de secteur posteur
Messages : 1496
Enregistré le : 10 mai 2006, 02:00
Âge : 32

Re: Conseils pour ceux qui souhaitent devenir pilote pro

Message par fouga »

J'espère que les "jeunes" vont lire ça, si c'est le cas tu risques de te faire insulter par certains ou dans le meilleur des cas ignorer, tout le monde n'a pas la tête sur les épaules à 20 ans et les "mais moi ça ira" ça court les rues...

Je nuancerais juste un truc, le nombre d'années entre la qualif et l'embauche n'a pas été si déterminant lors de la dernière vague, des gens formés entre 2010 et 2015 ont trouvé lors de la reprise des embauches, et dans ce cas je pense qu'un employeur appréciera d'avoir vue un nombre d'heures de vol régulier pendant cette période...
Et là on en revient au plan B, pour cocher cette case il faut de l'argent, et comme elle ne vient pas du ciel (mauvais jeu de mots ;) ) il faut bosser, donc avoir déjà quelque chose niveau formation avant.

A l'heure actuelle je vois deux options, soit on en veut vraiment et on a pas une source de financement continu (autrement dit travail) donc on attend et on refait comme avant le jour où ça remarcher.

Soit on a ces financements et on accepte de potentiellement jamais trouver de cockpit mais on veut faire la formation (parce qu'au final une fois formé en ayant déjà un boulot, c'est pas très chronophage d'envoyer des CV...) en sachant quels sont les risques, et là le modulaire est pas mal, ne plus se retaper l'Atpl, la formation et le stress avec (exam, timing, financement... qui n'a pas vécu ce "aujourd'hui c'était un vol sympa, je viens de claquer 1000€ ce matin") à ce moment en n'ayant qu'à postuler, c'est bien aussi :)

Dernier point, c'est l'évolution du métier, les conditions des pilotes de ligne au cours des 20 dernières années n'ont pas du tout été les mêmes que ceux des années 70-80 où c'était des demi-dieux, le métier évolue continuellement et la mondialisation ainsi que des épisodes comme ce qu'on a en ce moment sont susceptibles de casser encore ce job en redéfinissant le métier et tirant globalement les conditions à la baisse...
La passion c'est bien, mais ce n'est pas être esclave, il est possible qu'il arrive un jour où les conditions VS la passion fassent pencher la balance du côté "je n'y vais pas", cela sera d'autant plus vrai si la condition professionnelle du candidat est bonne... en caricaturant, si j'ai de quoi me payer un Cirrus Vision Jet et le prendre quand je veux, et ne plus bosser car j'ai fait des placements juteux qui me dégage 15 000€ par mois, à quoi ça me servirait d'aller bosser pour une compagnie qui va me payer au moins 3 fois moins (meilleur des cas!) en m'imposant des conditions où je ne ferai plus ce que je veux...

Avatar du membre
Zebi
Captain posteur
Messages : 160
Enregistré le : 17 mai 2018, 14:28
Localisation : Louvres
Âge : 18

Re: Conseils pour ceux qui souhaitent devenir pilote pro

Message par Zebi »

piperJ3c a écrit :
29 juin 2020, 13:20
Oulala. Angèle va faire une chanson sur toi si ça continue :lol:
Et s'il roule en belle allemande Tryo va aussi faire une chanson :lol:
Mahrez ballon d'or en 2020

Avatar du membre
Squish
Chef de secteur posteur
Messages : 2164
Enregistré le : 24 mars 2011, 11:16

Re: Conseils pour ceux qui souhaitent devenir pilote pro

Message par Squish »

de bons conseils de cap231 en effet.

Pour avoir quitté la ligne, vers l'affaire (j'avais du le sentir mdrr!!), je confirme, on se porte bien mieux. ;) J'ai plein de potes, qui n'ont pas touché à leur avion depuis des mois.
Aucun regret, au contraire, ça paie mieux, et on s'éclate bien plus que de faire de la ligne droite sur des terrains connus. Surtout que les avions sont bien plus modernes qu'un 320 par exemple.
Cependant attention quand je dis affaire, je ne parle pas des fractional ownership style Netjets, qui galèrent autant qu'une compagnie classique. ( ça doit bien leur faire les pieds tiens lol)
Les riches ont toujours besoin de voyager et ont des motifs valables ;) (signature de contrats, visites d'entreprises, usines...)

La ligne n'est pas trop l'avenir, ou du moins, la demande va aller vers une forte baisse. Comme je disais sur un autre topic, énormément de personnes sont contre l'avion. Suffit de lire les articles d'aero, sur air france etc pour voir des commentaires style "arretez de prendre l'avion etc"
Poour aller dans le sens de cap231, effectivement s'afficher sur FB en pilote c'est pas trop le délire à faire. Piloter = pollueur inutile.

Le covid n'est que le prémice, après il reste l'économie, l'écologie, le climat et le pétrole. Donc meme si des compagnies recruteront dans 5 ou 10 ans, la stabilité n'y sera pas. Mieux vaut avoir un vrai job et voler pour le plaisir ou pour de l'affaire en freelance. C'est le mieux honnêtement, surtout que c'est plus enrichissant et formateur.

Ne pas négliger le travail aérien aussi car l'avenir sera surement dans le domaine de l'affaire et du travail aérien.
De toute façon, on vit dans une société où il devient rare de n'avoir qu'une seule carrière. Autant développer d'autres compétences moins spécialisées.

Ne savoir que piloter, c'est quelque chose que vous allez amèrement le regretter tot ou tard.

Avatar du membre
fouga
Chef de secteur posteur
Messages : 1496
Enregistré le : 10 mai 2006, 02:00
Âge : 32

Re: Conseils pour ceux qui souhaitent devenir pilote pro

Message par fouga »

Et oui l'écologie va changer pas mal de choses, et ce qui s'est passé hier n'est que le début, les gens ont voté pour le vert, pas pour le gentil monsieur ou la belle madame qu'il y avait sur les panneaux...

Le problème qu'il y a c'est que pour tater du jet d'affaire faut souvent avoir de l'expérience, et ça implique de passer par la ligne... retour case départ?

Il y a quoi comme alternative? J'avais pu avoir dans mon deuxième cercle "accès" au chef pil d'une des plus grosses compagnies d'affaire d'Europe, il était super sympa et ouvert avec moi mais m'a clairement dit que c'était compliqué, c'est les proprio d'avion qui décident plus que la compagnie, et il m'a dit comme ça "j'aurais du mal à convaincre le propriétaire d'un 7X de te laisser son avion alors que ton expérience réacteur se limite au simu et que tu n'as même pas 300h ailleurs", ça avait le mérite d'être honnête...

Avatar du membre
Squish
Chef de secteur posteur
Messages : 2164
Enregistré le : 24 mars 2011, 11:16

Re: Conseils pour ceux qui souhaitent devenir pilote pro

Message par Squish »

effectivement dans l'affaire t'as autant de méthodes de recrutement que de proprios.
Mais bon, j'ai envie de dire, c'est un peu pareil pour une compagnie aérienne. Si un chef pil ou de secteur n'aime pas ta tete, il te prendra pas.
Certaines compagnies privilégient des test théoriques, d'autres du simu.

Franchement passer de la ligne vers l'affaire est souvent bien plus difficile que l'inverse. Ce n'est pas une question de réacteur de mais de débrouillardise. Un lignard, le premier jours en affaire, ça lui piquer les yeux. Il faut surtout un réseau...c'est de bouche à oreille les recrutements.

une bonne école c'est Oyonnair. Tu fais tout, t'es un larbin, mais t'apprends énormément.
L'avantage de l'affaire c'est qu'en général, t'es recruté au feeling. Si t'as un CPL IR MCC, à priori, tu sais piloter un avion sans le casser.
L'idée étant de recruter une personne sur un autre critère, qui ne rechigne pas au boulot, avec qui on peut se voir passer quelques jours. Donc c'est pas rare d'être interviewé autour d'une bière en fait. Ya rien de tel pour découvrir une personne mieux que dans un bureau avec RH!
Pourquoi je parle d'avantage, car en ligne, tu rencontres plus souvent des raleurs, des arrogants et caractériels en tout genre. Beaucoup passent des psycho machins, mais t'auras pas envie de bosser avec eux pour autant.
Dans l'affaire, en générale, si t'es con, t'es viré. Mais justement c'est plus rare car en générale, ce sont des gars (ou filles) bien qui sont pris, agréables dans l'ensemble. Ce qui fait que l'ambiance est souvent très bonne.

Avatar du membre
Weuzz
Captain posteur
Messages : 168
Enregistré le : 21 juil. 2010, 17:54

Re: Conseils pour ceux qui souhaitent devenir pilote pro

Message par Weuzz »

cap231 a écrit :
29 juin 2020, 12:14
Mansamoth a écrit :
29 juin 2020, 08:46
Personnellement, après avoir lu tes conseils, cela m'a ouvert les yeux, et je pense complètement abandonner la carrière de pilote, tout simplement parce que je ne possède pas un critère déterminant qui est d'être une fille (avec un joli sourire) :myope:

Je retenterai bien dans une prochaine vie, avec un peu de chance ;D

Thomas, qui espère être Lisa dans une nouvelle itération
Oui alors c’est juste un petit plus, pas un critère déterminant. C’est une remarque partagée avec certain(e)s collègues qu’il y a une légère discrimination positive en faveur des filles ces dernières années (pour l’Europe occidentale en tous cas). Ça n’a pas toujours été comme ça et les filles auront beaucoup moins de chance en Asie par exemple.
Un dernier conseil que je ne pensais pas donner mais qui apparement s’avère nécessaire: Même si c’est remboursé par la SECU, ne vous lancez pas dans une transition hormonale pour réussir une sélection…
Je suis d’accord avec les propos de cap321. Si même Emilie s’est fait virée récemment alors qu’elle venait tout juste de passer captain, c’est que rien ne va plus.

La preuve en image. (accessoirement, prenez garde de ne pas vous dissiper face à son regard et faite plutôt l’effort de l’écouter attentivement à partir de la 23:20)


Avatar du membre
flydream
Chef de secteur posteur
Messages : 746
Enregistré le : 27 nov. 2003, 01:00
Âge : 38

Re: Conseils pour ceux qui souhaitent devenir pilote pro

Message par flydream »

fouga a écrit :
29 juin 2020, 21:59

Le problème qu'il y a c'est que pour tater du jet d'affaire faut souvent avoir de l'expérience, et ça implique de passer par la ligne... retour case départ?

Il y a quoi comme alternative? J'avais pu avoir dans mon deuxième cercle "accès" au chef pil d'une des plus grosses compagnies d'affaire d'Europe, il était super sympa et ouvert avec moi mais m'a clairement dit que c'était compliqué, c'est les proprio d'avion qui décident plus que la compagnie, et il m'a dit comme ça "j'aurais du mal à convaincre le propriétaire d'un 7X de te laisser son avion alors que ton expérience réacteur se limite au simu et que tu n'as même pas 300h ailleurs", ça avait le mérite d'être honnête...
De toute facon, on n'a jamais ce qu'il faut. J'ai toujours voulu faire de l'aviation d'affaires. Avec mes 3 ATPLs européen, canadien et américain, toutes mes heures de vols et mon CV de commandant 737, mon expérience pro sur 4 continents et mon petit réseau, j'ai vraiment essayé (bon c'est sûr je ne visais pas du Mustang, mais plutôt du Global, Gulfstream ou BBJ). Rien.
Pour les bonnes places BBJ c'est un club très fermé et en plus tous les gars avec une qualif 737 appliquent. Pour du Global/Gulfstream, quand je postulais sur des offres commandant on me disait qu'il fallait QT+ heures sur type, et quand je postulais copi on me disait désolé mais on cherche un copi et vous êtes déjà commandant donc on ne vous prend pas car on ne veut pas que dans 1 an vous nous réclamiez de repasser à gauche.
Je pense que c'est très dur de passer de la ligne à l'affaire. Beaucoup de préjugés aussi. À mon avis c'est plus facile de commencer en bas de l'échelle dans une boite d'affaires et de progresser petit à petit dans ce milieu.

Avatar du membre
Squish
Chef de secteur posteur
Messages : 2164
Enregistré le : 24 mars 2011, 11:16

Re: Conseils pour ceux qui souhaitent devenir pilote pro

Message par Squish »

Weuzz a écrit :
30 juin 2020, 09:17


Je suis d’accord avec les propos de cap321. Si même Emilie s’est fait virée récemment alors qu’elle venait tout juste de passer captain, c’est que rien ne va plus.

Elle est bonne,
Elle na plus qu a se mettre en bikini sur instagram, Elle fera des vues. :love:

Avatar du membre
Weuzz
Captain posteur
Messages : 168
Enregistré le : 21 juil. 2010, 17:54

Re: Conseils pour ceux qui souhaitent devenir pilote pro

Message par Weuzz »

Squish a écrit :
01 juil. 2020, 00:59
Weuzz a écrit :
30 juin 2020, 09:17


Je suis d’accord avec les propos de cap321. Si même Emilie s’est fait virée récemment alors qu’elle venait tout juste de passer captain, c’est que rien ne va plus.

Elle est bonne,
Elle na plus qu a se mettre en bikini sur instagram, Elle fera des vues. :love:

Tu n’as pas fait attention à ma mise en garde. Pour rester accroché au sujet, l’autre solution c’est de cliquer à la 23:30, mettre le volume et fermer les yeux.

Avatar du membre
flydream
Chef de secteur posteur
Messages : 746
Enregistré le : 27 nov. 2003, 01:00
Âge : 38

Re: Conseils pour ceux qui souhaitent devenir pilote pro

Message par flydream »

Perso j'ai pas tenu longtemps. Regarder une vidéo d'une personne qui débite des banalités avec une gestuelle énervante, j'ai passé l'âge. C'est fou je me sens vieux d'un coup, et j'ai même pas 40 :scream:
J'avais autre chose à faire pendant mon upgrade, mais bon de nos jours chacun a besoin de son quart d'heure de gloire sur les réseaux sociaux.

Avatar du membre
Squish
Chef de secteur posteur
Messages : 2164
Enregistré le : 24 mars 2011, 11:16

Re: Conseils pour ceux qui souhaitent devenir pilote pro

Message par Squish »

c'est le shinyjet syndrome : la course au jet pour s'afficher sur les réseaux avec les gallons. https://www.airlinepilotcentral.com/files/sjs-b6.pdf
La plupart vont finir vendeur au supermarché faute de compétences. Rate my cash desk !

Avatar du membre
Zebi
Captain posteur
Messages : 160
Enregistré le : 17 mai 2018, 14:28
Localisation : Louvres
Âge : 18

Re: Conseils pour ceux qui souhaitent devenir pilote pro

Message par Zebi »

Squish a écrit :
01 juil. 2020, 11:38
c'est le shinyjet syndrome : la course au jet pour s'afficher sur les réseaux avec les gallons. https://www.airlinepilotcentral.com/files/sjs-b6.pdf
La plupart vont finir vendeur au supermarché faute de compétences. Rate my cash desk !
Eh non, Instagram aura toujours une place pour ces personnes et leurs codes promos pourris. L'égalité homme-femme qu'ils disaient :o
Mahrez ballon d'or en 2020

Avatar du membre
fouga
Chef de secteur posteur
Messages : 1496
Enregistré le : 10 mai 2006, 02:00
Âge : 32

Re: Conseils pour ceux qui souhaitent devenir pilote pro

Message par fouga »

La blonde Néerlandaise du channel Dutch machin dit aussi des trucs du genre "accrochez vous, ne renoncez pas, ça va repartir".

Pendant ce temps là sur le FB des pilotes européens ça s'écharpe parce que BALPA a signé le cut off de 20% avec Ryanair avec un côté des "on est en train de tuer nos conditions" et de l'autre des "t'es marrant, comment je mange à la fin du mois, de toute façon c'est temporaire".
Mes fesses oué, au moins 4 ans, et si personne n'a fait bloque maintenant c'est foutu... le métier va encore se précariser niveau salaire et conditions, et ça va finir par devenir un métier valoriser à hauteur du niveau de diplôme reconnu au niveau national, un BTS/DUT.

Pas que ce soit mal, mais un Bac+2 en France, à moins d'être très couillon pour aller le faire en "bachelor" dans une supdeco(n?) privé, c'est gratuit, et même pour ces derniers, c'est pas 100 000€ les 2 ans...

Avatar du membre
Auteur du sujet
cap231
Copilote posteur
Messages : 77
Enregistré le : 09 oct. 2007, 19:35
Âge : 41

Re: Conseils pour ceux qui souhaitent devenir pilote pro

Message par cap231 »

Afin d’avoir un complément vidéo sur les conseils pour les aspirants pilotes en période COVID, je suis tombé par hasard des algorithmes sur la chaîne Youtube d’un certain Olivier Mon...not qui donne un avis pertinent et intéressant. L’approche est différente mais les conclusions similaires:


Avatar du membre
Squish
Chef de secteur posteur
Messages : 2164
Enregistré le : 24 mars 2011, 11:16

Re: Conseils pour ceux qui souhaitent devenir pilote pro

Message par Squish »

de bons conseils.
un bemol, il mentionne qu'apres l'atpl th, de faire le CPL juste, ou prendre le temps...
attention, le theorique est valable 36 mois, et faut passer le CPL iR pendant cette periode afin de valider le theorique definitivement.

Avatar du membre
beech92
Captain posteur
Messages : 247
Enregistré le : 28 mars 2012, 13:35

Re: Conseils pour ceux qui souhaitent devenir pilote pro

Message par beech92 »

« Les conseilleurs ne sont pas les payeurs »

Répondre



  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message