Témoignage plus belle expérience de pilote

Devenir Pilote de Ligne en empruntant la "petite porte" en France et/ou en Europe.

Modérateur : Big Brother

Avatar du membre
AlphaFloor45
Captain posteur
Messages : 274
Enregistré le : 19 avr. 2017, 18:44
Âge : 35

Message par AlphaFloor45 »

Franchement pour certains si le métier vous fait si chier que ça, changez et puis c’est tout.
Ça laissera de la place aux autres.

Avatar du membre
5 Rings
Chef de secteur posteur
Messages : 6634
Enregistré le : 23 oct. 2005, 02:00

Message par 5 Rings »

flyingtom a écrit :
5 Rings a écrit :Et sinon, vos plus belles expériences de pilotes?
1) Evasan en BE1900D, 3 civières avec 3 fillettes blessées dans un accident de voiture au bled dont la plus jeune (4/5 ans) en état critique à rapatrier d’Afrique du Nord en urgence à Lyon. L’équipe médicale a bord nous avait dit de ne pas se faire trop d’espoir tant les chances de survie étaient minces tant qu’elle n’est pas opérée.

Très surpris d’avoir à faire ce genre de mission plutot dévolue à des learjets mais il n’y avait pas le choix apparement. On a fait ce qu’il fallait pour minimiser le temps de vol, compte tenu des contraintes (maintenir une pression cabine au niveau de la mer, avoir toujours un plan de secours avec un aéroport « médicalisé » pas loin, éviter les cunimb, etc etc ...) Après avoir débarqué nos passagères , elle respirait toujours . On est allé boire un coup avec mon équipage pour essayer de décompresser. Personne ne parlait. Quelques heures plus tard, on a reçu un coup de fil comme quoi elle allait s’en sortir. Gros soulagement pour l’équipe qui s’est défoncée lors de cette mission et le sentiment d’avoir accompli mon devoir envers ces fillettes.

2) Convoyage d’un BE1900D de Djakarta à Lyon , ca s’etait aussi une superbe expérience (4H de vol au dessus de l’ocean Indien avec une HF qui a décidé de marcher quand elle voulait, de la buée sur les instruments de vol) . Une grosse mission avec plein de souvenirs. On s’est bien marré.

3) Deux jours à voler avec le groupe Motorhead à bord (Lemmy était super sympa avec nous, pas du tout la grosse tete, on s’est bien marré aussi)

4) Mon line check captain
Ah le kingair laisse souvent de bons souvenirs et l’evasan le sentiment d’avoir été utile. :pekin:
Je n'ai rien à voir avec le Fiverings de paroledegaulois.com ou Rcocobis.

Avatar du membre
AlphaFloor45
Captain posteur
Messages : 274
Enregistré le : 19 avr. 2017, 18:44
Âge : 35

Message par AlphaFloor45 »

5 Rings a écrit : Ah le kingair laisse souvent de bons souvenirs et l’evasan le sentiment d’avoir été utile. :pekin:
Même sentiment côté contrôleur pour les evasan.

Avatar du membre
Flyingwolf
Elève-pilote posteur
Messages : 10
Enregistré le : 11 janv. 2018, 09:41

Message par Flyingwolf »

LimaAlpha a écrit :Pour être ingénieur de formation et travaillant depuis 4 ans, je suis bien loin des 49k€/brut. Je crois que je connais personne encore à ce tarif pour ceux sortis de ma promo et d'écoles équivalentes (prépa intégrée type ESTACA, INSA, IPSA, etc).
Peut être plus tard mais au bout du 10, 15 ans de carrière, mais dans ce cas ce n'est plus "cadre" mais "cadre sup". ;)
Tout dépend de la filière. J'en suis à 5 ans d'expérience et j'ai dépassé cette valeur médiane. Sans être cadre sup'.

@flyingtom :

2 jours avec Motorhead ?! C'était dans quel cadre? Une sacrée belle histoire j'imagine. :)
PPL

Avatar du membre
rem_s
Chef pilote posteur
Messages : 497
Enregistré le : 16 déc. 2004, 01:00
Localisation : GVA
Âge : 34

Message par rem_s »

C'est facile de comparer le meilleur salaire de pilote dans les meilleures conditions avec le cadre surexploiité et un salaire limite.
Oui mais il ne faut pas tomber dans l'excès inverse non plus, à comparer la pire vie de pilote (découchers, vols tous les week-ends, levers tôt, horaires merdiques tout le temps, etc…) avec le meilleur cas possible pour un cadre (bon salaire, à la maison le soir avec sa famille, tranquille le week-end, etc…)

Si tu veux aller au bout de ton argumentaire, et pour que tout le monde puisse se faire un vrai avis, il faudrait aussi parler des vraies contraintes d’un métier d’ingé/commercial, si il veut prétendre à un salaire « élevé ».
Parlons donc de la vraie vie de la plupart des cadres/cadre sup à 100 ou 200k, pas ceux qui sont décris, mais la plupart en réalité : soumis à un stress élevé, ou plus réduit mais permanent, à des objectifs toujours plus élevés, à la nécessité de s’adapter au style de management ou de la boucler, à l’obligation de suivre des stratégies pas claires ou changeantes, à l’obligation de faire avec une organisation pas toujours adaptée, à l’obligation de travailler avec, voire parfois de gérer des personnes pas toujours à leur place, au sentiment assez courant en entreprise d’être sous/mal utilisé (on commence de plus en plus à parler de "bore-out"), au besoin permanent de devoir se mettre en avant et de jouer des coudes pour évoluer, à des temps de travail souvent très importants, à la peur avançant avec l’âge que tout s’arrête du jour au lendemain et qu’il faille retrouver un poste équivalent leur permettant d’arriver sans trop d’encombre à l’âge de la retraite…
Et à cela on peut rajouter les inconvénients inhérents à la plupart des métiers « au sol » : des bouchons aux heures de pointe, du temps certes régulier mais peu qualitatif avec les enfants durant la semaine, des horaire réguliers souvent peu flexibles, une galère pour caler des RDV privés, les courses le samedi quand les magasins sont bondés, le sentiment l’hiver que le soleil ne se lève jamais parce que tu pars bosser de nuit et que tu reviens de nuit.
Tous les métiers ont leurs contraintes et leurs incertitudes… Beaucoup de pilotes déchantent une fois en compagnie, oui, certes ! Mais c’est tout autant le cas pour beaucoup de jeunes ingénieurs/commerciaux sortis de belles écoles avec les dents qui rayaient le parquet et qui se rendent compte après quelques années que ce ne sont pas toujours les plus qualifiés ou les plus motivés qui réussissent, que les super outils et principes qu’ils ont appris à l’école sont assez rarement mis en pratique en entreprise, qu’il pourraient faire bien plus que ce qu’on leur demande, etc, etc…

Voilà ! Là j’ai bien évidemment volontairement beaucoup noirci le trait. Car au-delà de tout ce que je viens d’écrire de négatif, il y a aussi des aspects positifs et beaucoup s’épanouissent là-dedans et n’envisageraient pas une autre vie. Mais est-ce c’est que sur des forums d’écoles ou d’anciens étudiants il y a des gens qui viennent leur dire : « attention, ce job est bourré de contraintes et d’incertitudes, l’industrie c’est plus comme avant, si tu veux évoluer ça sera la croix et la bannière, on va te presser comme un citron, etc… » ? Non, on leur laisse à priori le droit de démarrer leur carrière de manière positive avec un peu d’ambition et d’espoir, et ils feront leur chemin car chaque vie est différente.

En conclusions : chacun trouve son compte où il le peut/veut, a le droit de changer de point de vue en cours de route… mais surtout chacun a le droit de se concentrer sur les côtés positifs, sans pour autant refuser de voir le négatif… Mais surtout, laisser aux gens de s’accorder un peu de rêve ne fait de mal à personne !
;)

Avatar du membre
benbakers
Captain posteur
Messages : 285
Enregistré le : 30 janv. 2017, 18:56

Message par benbakers »

message supprimé

Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message