Programme de murissement PPL

Devenir Pilote de Ligne en empruntant la "petite porte" en France et/ou en Europe.

Modérateur : Big Brother

Répondre
Avatar du membre
Auteur du sujet
shipstern
Elève-pilote posteur
Messages : 19
Enregistré le : 31 janv. 2018, 20:42
Âge : 27

Programme de murissement PPL

Message par shipstern »

Bonjour à tous,

J'entame doucement la période de mûrissement pour une rentrée en formation CPL à l'automne.

Quels sont selon vous les conseils que vous pourriez me donner afin d'arriver en stage CPL le plus sérieusement possible.

Le but est de "rentabiliser" les heures de vols pour progresser et pas de faire des tours de CTR.

- Bosser les virages taux standards
- Améliorer la précision de la tenue de cap et altitude
- Vols longs
- Vols à l'étranger
- Voler sur plusieurs avions

Merci de vos réponses

Avatar du membre
- A400M -
Captain posteur
Messages : 257
Enregistré le : 27 janv. 2020, 11:02
Âge : 25

Message par - A400M - »

Salut,

Tout semble intéressant dans ce que tu propose, si t'as l'opportunité de faire tout ça, ça peut être vraiment pas mal. A part l'histoire des virages taux standard la j'avoue que je comprends pas trop :lol: tu voulais dire forte inclinaison plutôt non? Si tel est le cas ça fait jamais mal de refaire un peu de mania de temps à autre pour pas perdre les repères, surtout pour tout ce qui est PTU/PTE etc.

Et pour ce qui est de la tenue des paramètres, n'oublie surtout pas la vitesse notamment en finale (marge de +5/-0 kt au CPL)

Avatar du membre
Airone2977
Chef de secteur posteur
Messages : 1092
Enregistré le : 20 mars 2012, 16:19
Localisation : LFPG

Re: Programme de murissement PPL

Message par Airone2977 »

shipstern a écrit :Bonjour à tous,

J'entame doucement la période de mûrissement pour une rentrée en formation CPL à l'automne.

Quels sont selon vous les conseils que vous pourriez me donner afin d'arriver en stage CPL le plus sérieusement possible.

Le but est de "rentabiliser" les heures de vols pour progresser et pas de faire des tours de CTR.

- Bosser les virages taux standards
- Améliorer la précision de la tenue de cap et altitude
- Vols longs
- Vols à l'étranger
- Voler sur plusieurs avions

Merci de vos réponses
Le vrai risque du mûrissement c'est de faire des heures pour faire des heures, et de prendre de mauvaise habitude de vol qu'il sera ensuite nécessaire de corriger lors du stage CPL.
Dans l'ensemble les objectifs que tu t'est fixé sont les bons, pour les virages à taux standard c'est pas forcément nécessaire, c'est plus le programme de l'IFR.
Mais de manière générale, il faut privilégier les vols longs, être précis dans la tenue des paramètres et adopter une méthode de travail solide, que tu puisse transposer d'un avion à un autre.
Après il faut aussi que tu te fasses plaisir, c'est un rare moment de ta formation ou tu peux partir à l'aventure, découvrir des nouveaux terrain voir des nouveaux pays. Perso j'en garde de très bon souvenir. Cela ne sert à rien de se prendre la tête, le programme du CPL est très proche de celui du PPL.

Avatar du membre
OY-JRK
Elève-pilote posteur
Messages : 6
Enregistré le : 07 avr. 2019, 00:56

Message par OY-JRK »

Salut,

Tout ce qui apporte de l’expérience (et donc se faire briefer ou encadrer si besoin): vol en montagne, vers une île, vers des lieux à l’aérologie particulière, avec calcul de perfos et carburant pour les pistes en altitude.

Les vols a l’étranger bien sûr, mais tu le citais déjà.

Voler aussi en automne/hiver pour se confronter à des météos diverses (mais toujours safe hein! Mieux vaut regretter d’être au sol que de regretter d’être en vol).

Ne pas hésiter à voler dans des espaces aériens complexes avec radio intense (LFPN) et/ou des planeurs dans le coin (genre vers LFNA).

Perso j’adore la voltige, 10-20 h peuvent être sympa et très formateur pour la précision et la finesse de pilotage.

Voler haut ou très bas (500ft sol ça fait partie du cpl, attention aux câbles!) pour aller chercher ou contrer le vent.

Voler en binôme permet d’aller plus loin (aussi bien en distance qu’en complexité de vol), faire du backseat cpl ir si possible.

Ne pas oublier que la prise de confiance peut s’accompagner de prise de risque non calculé, rester humble...

Fly safe!

Avatar du membre
Raoul Volfoni
Chef de secteur posteur
Messages : 808
Enregistré le : 28 mai 2011, 10:39

Message par Raoul Volfoni »

Airone2977 a écrit :
Le vrai risque du mûrissement c'est de faire des heures pour faire des heures, et de prendre de mauvaise habitude de vol qu'il sera ensuite nécessaire de corriger lors du stage CPL.
.
parfaitement d'accord

mon conseil :

tu auras moins de difficultés avec le CPL et la suite si tu es à l'aise avec l'avion et l'environnement

en plus de tout ce qui est dit plus haut je te conseille de soigner la tenue des paramètres le plus précisément possible
vitesses au Kt près (en tour de piste bien sûr), caps et altitudes pareil
y compris à l'arrivée d'un voyage, c'est souvent là que la concentration fait défaut

ne t'autorise jamais aucun écart, c'est une bonne habitude à prendre

habitue toi à ne jamais faire d'approximation dans quoi que ce soit y compris la préparation de vols et la connaissance de la réglementation
tant que les avions voleront, ils tomberont

Avatar du membre
Vrillaplat
Elève-pilote posteur
Messages : 23
Enregistré le : 04 oct. 2019, 08:43

Message par Vrillaplat »

Hello !
Je suis justement post-mûrissement, et sur le départ CPL/IR/ME. Je me suis posé les mêmes questions il y a un an lorsque j'ai commencé le mûrissement. J'ai posé la même question aux pro que je connaissais, et tous m'ont dit la même chose : bosse la mania ! Mania veut tout et rien dire, mais grosso modo ça veut surtout dire "être à l'aise avec un avion, et que le pilotage pur passe au second plan et devienne une tâche mécanique gérée par des schémas, quelque soit les conditions" (toutes proportions gardées, on s'entend). Virage à altitude constante, changement de vitesse/config à altitude constante, changement d'altitude à vitesse constante, poser proprement avec beaucoup de vent de travers, gérer un imprévu météo, une grève des contrôleurs, une navigation en visi un peu pourrie et j'en passe... Faire du tour de piste, c'est bien, surtout dans des conditions délicates genre Piper Cub+piste courte en dur+vent de travers, car ça renforce ton feeling et ton sens de l'air. Mais faire de longues navigations c'est aussi vachement bien car ça développe tes connaissances météo, gestion carburant, gestion fatigue et tout un tas de trucs !
Enfin, et surtout, fais toi plaisir ! L'année 2019 a été celle de mon mûrissement, et a probablement été l'une des meilleures années de ma vie pour cette raison ! Disposant de mon propre avion, c'était exceptionnel de pouvoir gérer mon mûrissement comme je l'entendais, et ça m'a permis de vraiment sortir de ma zone de confort et de vivre l'aventure : apprendre à connaitre cet avion que j'ai construit et mis en vol juste après l'obtention de mon PPL, faire les essais en vol, puis les premières navigations. Une fois qu'une certaine confiance est installée, c'est le pied car l'avion est toujours dispo pour aller où tu veux, quand tu veux, pour la durée que tu veux. J'ai ainsi pu faire une nav de 700km et rester 10 jours sur Paris, donc me confronter à la complexité Parisienne. Des bivouacs un peu partout en France, toujours avec une tente, un duvet et un skateboard sur les places arrières de la machine, à dormir sur les aérodromes, et à devoir gérer la météo au jour le jour et sur plusieurs jours (Je bouge, je reste, ou je rentre ?). Un peu de montagne aussi, et beaucoup de voltige, ça apporte un gros plus niveau pilotage, je l'ai ressenti très rapidement (approches lentes, atterrissages de précision, glissades, vent de travers, situation inusuelles...). Ah oui, gros point positif du bivouac : ça suscite la curiosité des gens qui trainent sur les aérodromes qui justement ne sont autres que...tes futurs collègues ! Des liens se créent, et ton carnet d'adresses avec... Bref, je pense qu'il ne faut pas se focaliser particulièrement sur un exercice, mais plutôt faire en sorte de sortir de sa zone de confort, apprendre, apprendre et encore apprendre ! Avoir la curiosité d'aller un peu au delà de ses propres limites, se confronter à l'inconnu et boire l'aventure que l'on se crée ! Profite bien ;)

Avatar du membre
IFlyUtoTheMoon
Copilote posteur
Messages : 62
Enregistré le : 12 sept. 2019, 14:39

Message par IFlyUtoTheMoon »

On en parle du murissement post CPL IR ME ? :tss:

Avatar du membre
Dubble
Chef de secteur posteur
Messages : 6674
Enregistré le : 29 juin 2008, 01:20
Localisation : Sydney
Âge : 25

Message par Dubble »

Ce que je conseille, ayant obtenu un cpl il y a quelques mois : (tout est basé sur mon école)
- réviser et retravailler la navigation à l'estime, en faisant confiance au couple cap/chrono à basse altitude
- apprendre le concept de pilotage aux paramètres (ou aux preaffichages, également appelé pilotage analytique)
- si possible faire du pas variable train rentrant et notamment le tiret suivant
- bosser un maximum de circuits pte/ptu (avec train, sans train, avec filet de gaz ou pas..)
- apprendre le concept de tour de piste standard (c'est un genre de tour de piste analytique)
- bien travailler les prises d'axes, le développement de la trajectoire sol, et la visualisation du point d'aboutissement
- travailler la stabilité des finales dans le plan vertical et latéral. En air calme l'assiette devrait rester dans une fourchette de 1° autour de la valeur cible, sous 500ft.
- travailler une technique d'arrondi professionnelle et répétable (mais adaptable évidemment), notamment maitriser la distance du point de toucher.

Si on veut préparer l'ir ce sera des notions différentes.
Virages standard, matérialisation, théorie...

Mais je trouve plus important de bien valider ces notions de pilotage de base au plus tôt. Car on manque de temps pour bien les travailler, après le CPL.

Avatar du membre
Auteur du sujet
shipstern
Elève-pilote posteur
Messages : 19
Enregistré le : 31 janv. 2018, 20:42
Âge : 27

Message par shipstern »

Salut à tous,

Merci à tous pour vos réponses détaillés !

il me reste plus qu'à aller voler :)

Avatar du membre
Dubble
Chef de secteur posteur
Messages : 6674
Enregistré le : 29 juin 2008, 01:20
Localisation : Sydney
Âge : 25

Re: Programme de murissement PPL?

Message par Dubble »

A vrai dire, purement dans une optique cpl je ne vois pas l'intérêt de faire des voyages..
Le voyage le plus gros que j'ai fait pendant mon cpl était entièrement inclus sous la TMA du gros terrain d'à côté, un trajet de 200km environ.

Ce qui est plus pertinent purement en vue du cpl c'est :
- s'habituer à avoir une phraséo parfaite (on termine les collationnements par son indicatif, on reste précis dans tous les messages..)
- faire de la mania à un bon niveau (tdp basse hauteur, encadrements, ptu, décrochages, vol lent..)
- refaire quelques navigations à l'altitude mini au cap et à la montre.
- réviser sa réglementation

Faire un voyage sera très enrichissant mais ne sera utile que pour de futurs voyages, hormis la belle expérience en elle même.

Avatar du membre
cdhc
Elève-pilote posteur
Messages : 15
Enregistré le : 24 mai 2020, 15:57

Re: Programme de murissement PPL?

Message par cdhc »

Je suis pas d'accord avec toi. Le mûrissement ne sert pas uniquement à préparer l'examen du CPL, ce n'est pas une finalité en soi. Le mûrissement, comme son nom l'indique, sert (à mon sens) à progresser sur le pilotage, sur les procédures, sur le côté opérationnel et rien de mieux qu'un voyage hors de la TMA (voire hors des frontières) pour apprendre tout ça. Des exemples tout bêtes mais qu'il est bien d'avoir fait : demander un PPR pour un parking pour la nuit, choisir le meilleur aérodrome pour pas être trop loin de la ville qu'on veut visiter, poser un plan de vol pour passage de frontière, etc.
C'est vrai qu'il faut en profiter pour améliorer son pilotage et sa navigation mais il faut aussi s'aguerrir et prendre du recul.

Avatar du membre
Vrillaplat
Elève-pilote posteur
Messages : 23
Enregistré le : 04 oct. 2019, 08:43

Re: Programme de murissement PPL?

Message par Vrillaplat »

Hello,
Je suis passé par là, me suis posé la même question, et j'ai eu les mêmes craintes. Bosser les recoupements VOR ? La nav au travers de zones complexes ? Le cap et la montre pour être précis à la seconde ? Non...! Tout ça justement tu l'apprends pendant tes heures de CPL ! Ce sont des choses qui vont très vite à apprendre, et bien souvent l'école a ses propres méthode (le calcul pour être précis à la seconde sur une nav, ou la correction de cap à afficher en fonction du vent, sur un hold IFR par exemple) et il sera bon de les appliquer, plutôt que de faire ça à ta sauce. Ce qu'il faut bosser au max avant d'arriver à l'école, c'est le pilotage pur ! C'est ça qui prend le plus de temps à intégrer, c'est ça que l'école considère comme un acquis avant même que tu aies mis le cul dans leur avion, et si ce n'est pas bien intégré, c'est là que tu risques de devoir prendre des heures en plus pour rattraper ton retard face aux autres.
En CPL comme en IFR, on te demandera de rouler sur la ligne depuis le parking jusqu'à la déjauge, de faire la rotation à X kts , d'afficher 7,5°en montée, de faire des steep turns sans perdre/prendre 50ft à 30, 45 et 60°. On te demandera de poser les roues sur le peigne et sur la ligne même par 20kts plein travers et des turbulences non négligeables, sans rebond, avec un joli décrabage et à la bonne vitesse. Des variations de vitesses/configurations à altitude constante... Globalement, si tu es précis dans ton pilotage et en avance sur l'avion tu n'auras aucun mal à t'adapter ! En CPL et encore bien plus en IFR, il faut que le pilotage soit une activité secondaire acquise, instinctive et mécanique pour laisser de la place à la forte charge de travail mental qui t'attend.
En fait, on peut dire que l'idéal est d'avoir un bon "sens de l'air" et à mon humble avis pour ça il faut varier ses vols : un peu de voltige, un peu de montagne, un peu de mania pure, un peu de météo à chier... Ne cherche pas à faire des lignes droites à altitude et cap constant, tu l'apprendras à l'école en appliquant un bon scanning de tes instruments, selon un ordre bien précis. En fait, je pense qu'il vaut mieux être "vierge" sur ces trucs là plutôt que de prendre de mauvaises habitudes qui pourraient être difficiles à enlever ensuite. Bref, pilotage, pilotage et pilotage !

Avatar du membre
zorororo
Copilote posteur
Messages : 59
Enregistré le : 10 juin 2013, 17:03
Âge : 32

Re: Programme de murissement PPL?

Message par zorororo »

Tu as fait un tout autre CPL que moi alors :)
Le niveau de précision "à la seconde près" correspond plus à un championnat de france de rallye aérien qu'à un test CPL où l'on ne demande guère plus comme performance que lors d'un test PPL.
La principale différence c'est que tu fais le test sur "avion complexe". Donc il y a quelques exercices de pannes qui se rajoutent et tu voles un peu plus vite.
Mais c'est vraiment pas la mer à boire.

Avatar du membre
cap231
Copilote posteur
Messages : 88
Enregistré le : 09 oct. 2007, 19:35
Âge : 42

Re: Programme de murissement PPL?

Message par cap231 »

Le mûrissement c’est une occasion extraordinaire de pouvoir voler en toute liberté « parce qu’on y est obligé »! Il n’y aura pas d’autres occasions comme celle là dans une vie de pilote, il faut effectivement en profiter un maximum pour gagner en expérience et surtout se faire plaisir. Voici selon moi quelques pistes afin d’effectuer un mûrissement intéressant:


Pour travailler votre Pilotage:

- Voler sur train Classique: Extrêmement efficace pour améliorer votre feeling à l’attéro. Ça vous permettra également d’avoir de l’expérience train classique qui pourra ouvrir des portes en largage Para plus tard (PC6)
- Expérimenter des avions « complexes »: Si vous avez fait tout votre PPL sur DR400, il peut être intéressant de voler sur des avions EFIS, pas variable, train rentrant. C’est aussi une bonne excuse pour jeter un oeil sur les manuels de vol et les divers mode d’emplois! (ça ne sera pas perdu pour le CPL et la suite en général)
- Passer une qualification voltige et découvrir un autre monde passionnant! (mais pas donné…)
- Passer une qualification montagne
- Faire du Rallye Aérien: Pas besoin d’être pro, il y a régulièrement des rallyes d’organisés dans les aéroclubs, c’est marrant et au top pour travailler le Cap/Montre.
- Voler régulièrement avec un instructeur: dans les mois qui viendront, de nombreux instructeurs voudront faire des heures de vol et si ils sont sympas, ça ne vous coûtera pas plus cher qu’un pack de bière. Je dirais 1h de révision mania PPL tout les 10/15h de mûrissement serait une super opportunité pour améliorer vos compétences en vue du CPL (et de la suite!). Et puis il y a toujours de la marge de progression, j’en ai vu qui ont compris les PTE bien après le passage du PPL (et d’autres qui n’ont toujours pas bien compris….)
- Voler par temps « marginaux »: Si votre formation PPL n’a consisté qu’a 90% de jours CAVOK / vent <10kt, il peut être bon de faire spécialement un tour avec un FI pour améliorer vos attéros XWind, faire un peu de VFR spécial ou vol avec faible visi et pourquoi pas un peu de On-Top. Ça améliorera votre résilience lorsque vous serez confronté à ces situations en solo.
- Si vous avez un instructeur ancien pilote de chasse, demander lui de vous initier à la patrouille! Pas vraiment utile pour le CPL mais c’est un bon point de départ pour avoir une multitude d’anecdotes sur l’armée… Et puis c’est bien fun (mais ça ne s’improvise pas avec 45h TT!)

Pour travailler le reste (prépa vol, anglais, culture aéro, réseau…)

- En profiter pour voyager: Au delà de faire voir du pays, ça permet de peaufiner ses compétences en prépa vol, réglementation, météo, expérience de différents aéroports.
- Travailler son Anglais: Faire un tour dans les Anglo-Normandes ou traverser la Manche vers l’Angleterre. Si vous n’habitez pas Calvi, c’est une bonne expérience Radio en anglais sans aller trop loin. Les contrôleurs des îles Anglo sont également très compréhensifs sur les erreurs/approximations des frenchies, ils n’hésiteront pas à répéter doucement et en reformulant si besoin! (Et si ça marche pas, ça vous fera travailler le 180°)
- Faire un Raid du type Raid Latécoère ou Raid Toulouse/St Louis: excellent pour l’expérience et le réseau.
- Faire des baptêmes (de personnes de votre entourage évidemment), emmener des gens: en plus de faire découvrir notre passion et de diminuer les frais, c’est une expérience basique mais pas sans importance d’emmener des novices.

Il y a sûrement pleins d’autres choses à faire et l’époque COVID ne facilitera pas tout. Ça demande également une certaine organisation mais il ne faut pas hésiter à s’inscrire dans plusieurs Aéroclubs (certains font des réductions de cotisation pour les jeunes et/ou les inscrits sur moins d’une année).

Avatar du membre
Vrillaplat
Elève-pilote posteur
Messages : 23
Enregistré le : 04 oct. 2019, 08:43

Re: Programme de murissement PPL?

Message par Vrillaplat »

zorororo a écrit : 26 août 2020, 11:12 Tu as fait un tout autre CPL que moi alors :)
Le niveau de précision "à la seconde près" correspond plus à un championnat de france de rallye aérien qu'à un test CPL où l'on ne demande guère plus comme performance que lors d'un test PPL.
La principale différence c'est que tu fais le test sur "avion complexe". Donc il y a quelques exercices de pannes qui se rajoutent et tu voles un peu plus vite.
Mais c'est vraiment pas la mer à boire.
C'est possible en effet ! Mais je te confirme bien, les instructeurs nous demandaient d'être sur le Waypoint avec une imprécision de 5 secondes maximum, en prenant comme référence le bord d'attaque de notre avion pour le top chrono ! Du coup, on vise vraiment la précision à la seconde. Segments de 10 à 15 NM. On a bien rigolé surtout !

Et j'ajoute, par rapport à mon post précédent : le train classique oui, oui et oui 1000 fois ! Ca apporte énormément en précision de pilotage, ayant fait une immense majorité de train classique pendant mon mûrissement, mes instructeurs CPL/IR l'ont tout de suite remarqué lors de mes approches.

Avatar du membre
Squish
Chef de secteur posteur
Messages : 2221
Enregistré le : 24 mars 2011, 11:16

Re: Programme de murissement PPL

Message par Squish »

beaucoup miss the point du CPL...
c'est surtout un état d'esprit, vous êtes "commercial pilot". La précision du pilotage, devrait déjà être là au niveau PPL. Les exigences CPL sont à peine plus restrictives. Un PPL peut très bien piloter un falcon dans la TMA de Londres. (si qualifié machine et IFR). Faut pas croire que le CPL est bien au dessus du PPL à ce niveau là.

un CPL, c'est déjà penser sécurité et ajouter la dimension $$ pour ta boite.
C'est connaitre , combien coute mon avion à la minute. Optimiser chacune en vol.
C'est avant tout connaitre la réglementation et toutes les limites de son avion.
Savoir chercher l'info. Connaitre comment est organisé un ATO. Savoir la différence entre un OMA OMB.
C'est partir avec le plein carburant nécessaire et un peu d'extra, et pas la jouer aéro-club du dimanche, "je pars avec les plein, c'est facile".
Si vous connaissez très bien votre avion, prenez l'habitude de le trimmer au décollage... le trim systématiquement au neutre c'est pour le pilote du dimanche. Vous avez calculé votre chargement et centrage, vous avez un trim qui correspond.
C'est négocier avec l'ATC à chaque opportunité.
C'est anticiper : un IFR arrive ? pour éviter d'attendre à faire des 360 au dessus d'un point, j'anticipe, je ralentis. (oui l'ifr n'est pas prioritaire en théorie, mais en zone contrôlé beaucoup de contrôleurs vous enverront à perpette...)
Maintenez high speed en finale pour vous entraîner. Arrêter de croire que c'est 60kt depuis 6 NM au seuil.... faites des finales à 100 KT de temps en temps.Et débrouillez vous pour configurer à temps et passer le seuil à 1,3 Vo.

Conclusion:
je et (en compagne) on, préfère voir des jeunes pilotes qui ne volent pas à la seconde près (on s'en tape, le fms fait mieux que vous) mais optimise les trajectoires et l'énergie potentielle de son avion que d'avoir un jeune pilote qui passe par un waypoint précisément, et fait perdre 2 minutes à la boite alors qu'il aurait pu aller au plus court.

Avatar du membre
Dubble
Chef de secteur posteur
Messages : 6674
Enregistré le : 29 juin 2008, 01:20
Localisation : Sydney
Âge : 25

Re: Programme de murissement PPL

Message par Dubble »

C'est impossible ou presque d'avoir un niveau de pilotage manuel niveau CPL dès le PPL...
Pour une simple raison, les avions utilisés généralement au PPL sont des pas fixes. Donc pas de notion valable de pression d'admission, donc impossible d'avoir un pilotage aux paramètres.
C'est aussi simple que ça.
Ensuite le fait que le pilotage aux paramètres ne soit pas réellement au programme du ppl.. on parle de quelques préaffichages mais c'est tout.

Effectivement il n'y a pas de manœuvre supplémentaire à savoir faire, mais on attend qu'elles soient faites avec une précision bien supérieure.
D'ailleurs, j'ai eu l'idée de faire un topic pour résumer les différents ordres de grandeur qui sont utilisables en vol.

Avatar du membre
Squish
Chef de secteur posteur
Messages : 2221
Enregistré le : 24 mars 2011, 11:16

Re: Programme de murissement PPL

Message par Squish »

un avion est un avion.
Si tu as de très bonnes bases dès le PPL, ya pas de raisons de s'adapter très vite sur un avion plus complexe.
D'ailleurs, à l'avenir, t'auras qu'une seule manette la plupart du temps, là tu parles d'avions conçus dans les années 70.
ensuite cela dépend aussi de ton FI.
Le CPL ce n'est pas QUE la mania, loin de là...c'était ma remarque.
T'oublis de briefer tes pax lors d'un transport public simulé, pour moi ça mérite un fail déjà sur la préparation départ. Un PPL est pardonné...

Avatar du membre
ADPWARRIOR
Copilote posteur
Messages : 114
Enregistré le : 20 juil. 2003, 02:00
Localisation : France
Âge : 48

Re: Programme de murissement PPL

Message par ADPWARRIOR »

Bonjour,

le mûrissement est la période la plus intéressante et la plus libre de ta future carrière. Tu vas pouvoir réaliser des projets de voyage que tu n'auras peut-être plus le loisir de réaliser ensuite.

Tout est dans le terme "mûrissement". La technique pure n'est qu'un aspect.

Premièrement, il faut trouver un club pas cher, avec une disponibilité avion convenable, avec des avions te permettant d'aborder plusieurs aspects (vol de nuit (!), emport de passagers, voyage, mania, avionique, pas variable, train rentrant (là çà devient plus difficile à trouver), éventuellement voltige, montagne...)

L'important est de devoir réaliser des vols variés dans des environnements différents. La préparation et l'analyse des différents facteurs doit se faire plus précise et complète tout au long du murissement. Tu vas rencontrer des situations t’amenant à PRENDRE DES DECISIONS. C'est un aspect primordial du murissement.

Au cours du murissement, il sera fort utile de solliciter les instructeurs du club pour réaliser une traversée vers la Corse, un vol vers les Iles anglo-normandes ou autre, te permettant d'aborder des problématiques locales.
Enfin, les instructeurs club pourront t'aider pour réaliser des exercices mania spécifiques, t'inventer des séances permettant d'aborder des aspects qui seront développés lors de ta formation CPL-IR (exercices particuliers de changement de conf, changements d'axe, VFR spécial, etc...je passe le pilotage de base qui doit être maitrisé avant d'entrer en stage CPL)

En bref, il faut voler UTILE, et profiter de l'expertise des instructeurs dans le cadre club te fera gagner beaucoup d'argent (le prix de la double commande est très bon marché en club, les surplus de formation en ATO coutent cher).

Bons vols à toi.

Répondre
  • Publicité
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message